histoire d’un rêve

…ce fut lors d’une retraite, accompagné par une famille d’indiens « Shipibo »

Un ami m’avait parlé des « Curanderos » (guérisseurs de la forêt) d’amazonie. Ils peuvent soigner tant les mots physiques que psychologiques grâce à leur connaissance des plantes.

Depuis quelques mois je me remettais peu à peu d’une histoire personnelle qui m’avait fait prendre du recul sur ma vie; ayant le goût des voyages, je décidais de partir au Pérou.

Depuis tout petit j’ai toujours eut un intérêt pour ce pays, sa culture, ses paysages si divers et l’énergie qui émane des lieux sacrés comme Cusco, le Machu Picchu et tant d’autres. Quel meilleur endroit pour se reconnecter à son être intérieur ?

Après avoir visité certains sites des Andes Péruviennes, je partis dans la région plus humide au nord et rencontrai le chaman que m’avait conseillé mon ami. Sa démarche était simple et efficace, il proposait un isolement prolongé en forêt à l’écart de l’agitation, une diète alimentaire stricte et des rituels respectant une culture millénaire.

C’est lors d’une de ces cérémonies que j’ai eu la vision d’un lieu verdoyant traversé par des cours d’eau et entouré de petites montagnes. Je ne saurai l’expliquer de manière rationnelle mais je savais où se trouvait cet endroit ! Il se situait au pays basque du coté espagnol mais tout près de la frontière, non loin de l’océan. Je l’ai vu comme si c’était un souvenir, non pas un rêve et je savais que ce lieu m’attendait pour le réveiller.

A mon retour en France, je repris mon rythme de vie habituel, mais cela étant, quelque-chose c’était greffé en moi et je ne pouvais l’occulter !

Ce lieu qui m’appelait est venu à moi, tout juste un an plus tard de façon très simple et le rêve c’est concrétisé l’année qui suivit.

C’est un endroit très chargé énergétiquement de par sa position géographique, la culture locale et l’histoire de la vallée qui lui donne une vibration particulière.

Pour s’en rendre compte il suffit d’y passer quelques instants et de lâcher prise.

 

 

 

Sugaar dans le Lauburu (croix basque), par Josu Goñi